Les actualités

Retrouvailles inespérées

Une expérience d’adoption a déjà été vécue par des proches qui s’est révélée une belle histoire d’amour. Pour nous, les procédures ont duré près de cinq ans lorsqu’on nous propose le petit Pierre-Joël. Il a cinq ans quand nous allons le chercher. Nous réalisons que cet enfant a été porté par une mère haïtienne au moment même où nous avons commencé à en rêver. Adoption et intégration de Pierre-Joël Mai 1989, Lynn va à Port-au-Prince avec sa soeur pour aller chercher ce fils tant attendu. Elle souhaite ardemment rencontrer la mère ayant porté ce fils pour elle, mais on le lui déconseille. On lui suggère plutôt de maintenir une correspondance par l’intermédiaire de Sr Madeleine, compte tenu que la mère est illettrée. De retour au Québec avec l’enfant, la famille entière tombe sous le charme de ce TiMoun. Pierre-Joël s’intègre facilement, surtout qu’il est débrouillard, fonceur, intelligent et vif. Il se fait vite des amis et devient un Québécois à part entière. En moins d’un mois, il parle couramment français, mais oublie son créole. De même, il ne conserve aucun souvenir de sa mère, de sa famille et de sa vie antérieure. Pourtant, sa mère biologique devient pour nous le sujet de fréquentes conversations puisqu’il est important qu’il ne perde pas ses racines et que la filiation soit maintenue. Combien de fois, nous nous promettons de faire le voyage pour découvrir ensemble Haïti, mais les situations ne favorisent pas l’accomplissement de cette promesse. Contact difficile à garder Grâce à Sr Madeleine, le contact sera facile tant qu’elle demeurera à sa mission en Haïti. Toutefois, des problèmes de santé la forceront à revenir au Canada. Après quelques années, la supérieure de la maison des Cayes nous informe que Limercia ne se présente plus et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Nous serons donc quelques années sans nouvelles. En 1998, nous écrivons une longue lettre à la maison des MIC de Port-au-Prince exprimant le souhait de retrouver Limercia. Sr Madeleine Patenaude, m.i.c., prend connaissance de cette demande et des photos de l’enfant. Elle raconte son histoire au chauffeur qui connaît une dame Limercia. Celle-ci dit avoir confié son fils en adoption au Canada. La dame vient et reconnaît son fils sur les photos. Elle remercie Dieu de lui offrir cette grande joie. Sr Madeleine lui fait enregistrer un message sur cassette afin de le transmettre à son fils et à sa famille canadienne. L’effet est grandiose d’entendre la voix d’une mère qui parle avec émotion, chante et prie en créole.
» Lire la suite