Les actualités

POUR QUE LA VIE EN SORTE GAGNANTE

Je me plais parfois à imaginer ce que fut l’avenir de cet homme qui, selon la parabole de Luc (10,25-37), descendant de Jérusalem à Jéricho, fut battu par des brigands, volé, abandonné dans le fossé et sauvé par l’huile de la tendresse d’un Samaritain, membre d’un groupe montré du doigt et détesté à cette époque. J’aime bien penser que, pour le restant de ses jours, le coeur de cet homme sauvé fut tatoué de bienveillance envers tous ceux et celles, peu importe leur origine, qu’à son tour il rencontra. Je suis assuré que l’huile de la tendresse appliquée par un(e) passant(e) s’arrange toujours pour pénétrer les coeurs et les corps blessés et y habiter. L’huile de la tendresse laisse des marques sur le blessé soigné, le rend « contagieux » et soucieux des autres ! C’est fou, mais c’est vrai : essayez ! Cette huile masse le coeur, l’assouplit, l’apaise, l’ouvre et le rend audacieux, à la fois robuste et sensible; elle panse même les vieilles blessures. Au début, l’utilisateur ou l’utilisatrice de cette huile est hésitant(e), malhabile, craintif(ve); puis, l’expérience l’encourageant, il/elle prend conscience que les humbles « soins » apportés à la vie blessée de quelqu’un permettent à la Vie de sortir gagnante. La Vie ! La Vie en abondance... pour toutes et tous !
» Lire la suite

Escale Myriam ou Escale Délia

Escale Peut-être que dans votre maison cher lecteur ou lectrice, quelle que soit sa taille, il existe un coin qui vous sert de sanctuaire. Dans notre couvent à Pont-Viau, j’aime me rendre à l’escale Myriam. C’est un oasis, un lieu de repos. J’ai oublié de vous dire que le nom a changé. Maintenant c’est l’escale Délia. Le lieu aussi a changé. Il était dans la partie Est de la bâtisse. Il est maintenant rendu au troisième étage du bloc D Ouest. Beaucoup de changements en très peu de temps. Savez-vous qui y demeure ? Les soeurs ! Les monuments vivants ! Je les appelle les étincelles. Laissez-moi vous présenter leur réalité. L’escale est le lieu de transition entre la maison centrale et l’infirmerie des soeurs MIC au Québec. Dans le langage courant on entend souvent l’expression faire escale, s’arrêter pour se ravitailler. C’est donc un arrêt ou une pause. C’est une situation ou un temps de transit. Relâche ou halte. Déménagement Du 13 au 24 février 2021, ce fut le déménagement des soeurs de l’escale Myriam vers l’escale Délia. Confinée dans un coin de la maison à cause d’une alerte Covid-19, je ne pouvais pas vivre le gros du déménagement. Quelques jours plus tard, je me rendis à l’escale pour ma visite routinière, ma halte. Je trouvai les soeurs tellement joyeuses, rayonnantes, que l’idée du partage m’est venue. Elles sont toutes des étincelles, chacune selon sa façon d’être. Je désirais des témoignages diversifiés, ce qui explique mon choix pour une soeur autrefois en relation d’aide au Chili, une en éducation en Haïti et la troisième en pastorale au Malawi. À chacune, j’ai demandé : Comment avez-vous vécu le déménagement ?
» Lire la suite