Les actualités

Du 2020-08-20 au 2020-09-20

En Église des signes à voir

À l’IP, nous voyons tous les efforts qui se font depuis quelques années pour la formation à la vie chrétienne, pour la catéchèse et pour tous ces projets mobilisateurs dans les diocèses et dans les paroisses, auprès des enfants, des jeunes et des adultes. Ces milliers de bénévoles qui s’impliquent de Montréal à Rimouski, cela est neuf !

Dans la communauté étudiante universitaire, nous avons chaque année quelques baptêmes de jeunes adultes. Ils s’engagent, car la foi chrétienne est pour eux un trésor, un héritage dont ils sont devenus maintenant les héritiers. Le catéchuménat (baptême d’adultes, confirmation et eucharistie) est plus vivant au Québec qu’autrefois.

Il y a aussi ceux et celles qui discrètement redeviennent des disciples de Jésus et qu’on appelle des recommençants, qui veulent s’approprier à nouveau la foi chrétienne. Il y a aussi des centres comme Chemin de vie, à Longueuil pour les gens en quête spirituelle. Au centre Le Pèlerin, chaque année plusieurs personnes s’y inscrivent pour un programme exigeant de formation à l’accompagnement spirituel, individuel et de groupe, qui s’étend sur quatre ans. Et elles deviennent accompagnatrices dans des centres, des maisons, des organismes, des mouvements, etc. Une autre réalité, ce sont les groupes de

laïques associés ou affiliés aux communautés religieuses. Ils offrent le rattachement à une tradition spirituelle précise en même temps qu’une appartenance à des groupes fraternels et à une famille plus large. Ces groupes sont en croissance. Je mentionne ces expériences, car pour moi, c’est la meilleure façon de réfléchir sur l’avenir de la foi chrétienne. Plusieurs de ces réalités sont nouvelles. Toutes ces réalités ne font pas grand bruit, ne passent pas à Tout le monde en parle ! Mais tout cela est réel comme ces semences de bonne nouvelle dont parlait Jésus : elles n’ont l’air de rien, portent du fruit et deviennent des arbres ( Mc 4,30-32 ). L’avenir, il est déjà là, ne le voyez-vous pas ? Dirait-il.

L’avenir de la foi chrétienne est un don qui dépasse nos prévisions, nos craintes et nos espoirs Daniel Cadrin

Du 2020-08-13 au 2020-08-30

100 ans

Du 2020-08-01 au 2020-08-26

Le jardin de la mémoire

C’est en 1938 que de petites croix blanches ont été dressées sur les tombes des sœurs avec leur nom ainsi que la date du décès. Comme Sœurs de l’Immaculée-Conception, on ajoutait des fleurs d’alysson en forme de M sur les tombes. En 1976, les croix de bois furent remplacées par des monuments de granit portant le nom de la sœur ainsi que les dates de naissance et de décès. C’est en l’an 2000 que les monuments furent remplacés par des plaques de marbre.

Le 7 octobre 1941 eut lieu l’inhumation de Mère Marie-du-St-Esprit dans notre cimetière. Quarante-deux ans plus tard, le 19 octobre 1983, nous vivions alors un événement mémorable : l’exhumation des restes mortels de notre fondatrice dans un tombeau scellé à la maison de Pont-Viau. Étaient présents à cette occasion des représentants de l’archevêché de Montréal, Mgr Louis Aucoin et M. l’abbé Michel Parent, M. Jean-Louis Martin supérieur général des PME ainsi que notre supérieure générale, sœur Monique Préfontaine et son conseil de même que sœur Cécile Millette, supérieure provinciale de Notre-Dame-des-Missions et son conseil. Cette démarche officielle était requise pour l’introduction de la Cause de béatification à Rome.

Un long chemin, une longue route où nous avons accompagné à leur dernier repos nos sœurs ainsi que quelques personnes dévouées à notre institut.

Nous avons rappelé au début de cette rencontre que les restes mortels de quelques compagnes venant des cimetières de Québec, de Côte-des-Neiges, de Laval ou de Nominingue avaient été inhumés dans notre cimetière à différents moments.

Missionnaires sans frontières nous faisons maintenant le chemin en sens inverse, nous allons vivre notre dernier repos au jardin Magnus Poirier à Laval. Un lieu de beauté et  respectueux de l’environnement.

 Ici à Pont-Viau notre jardin de la mémoire prendra une nouvelle vocation… Nous construirons du neuf sur cette terre bénie où celles qui nous ont précédées ont vécu jour après jour dans l’amour et l’action de grâce.