Les actualités
Juin 2015

Du 2015-06-23 au 2015-07-31

Graduation IER

Et oui... 6 mois plus tard... les démarches   sont longues mais ... ça vaut le coup pour que chacune de ces jeunes femmes reçoivent le titre officiel qui leur permet de travailler dans tous les départements de Bolivie.  Je vous envoie quelques photos de ce moment important.  Vous pourrez voir la joie, satisfaction, reconnaissance des parents qui voit leur fille devenir "professionnelle".  Ce n'est pas peu dire.  Et c'est vraiment permettre à ces jeunes femmes de passer d'un secteur très vulnérable de la société bolivienne à un secteur où elles seront reconnues comme professionnelles capables d'apporter au mieux vivre de leurs familles, communautés, pays.  Quelle grâce!  Et vous rendez possible cette grâce!  C'est vraiment formidable.

Du 2015-05-25 au 2015-06-25

Engagement MIC au Japon

Ils ont visité les abris temporaires où vivent environ 200 évacués de la zone de l'accident nucléaire. Les AsMIC sont très actives dans la paroisse de Koriyama. Avec le curé et d'autres paroissiens, ils ont déjà offert leur aide aux gens qui vivent dans ces abris temporaires. Depuis que Soeur Sumitani participe à cette initiative, elle estime que ce type d'assistance est très important car il procure un soutien moral aux gens qui ne peuvent retourner à leurs demeures à cause du haut niveau de radiation. Il est nécessaire de maintenir une relation avec ces évacués qui se sentent abandonnés par le gouvernement.

Du 2015-05-14 au 2015-06-15

UN TiMoun bien vivant

À l’heure actuelle, le TiMoun continue ses voyages à travers une cinquantaine d’écoles pour sensibiliser les éducateurs et les élèves à leur responsabilité missionnaire. Ainsi, la revue diffuse le message évangélique en portant une attention spéciale aux défavorisés et ouvre le coeur des jeunes à la dimension universelle. Depuis sa fondation en 1983, la revue a connu des hauts et des bas tout au long de son cheminement parsemé de zèle et d’audace. Elle a continué malgré l’instabilité politique et l’émigration des enfants qui partent à l’étranger. Elle a partagé la peine d’un grand nombre de parents qui ont perdu des enfants lors du séisme de janvier 2010.

Formation de jeunes animateurs

Les enfants haïtiens aiment les histoires, le théâtre, et il n’est pas rare de les entendre jouer aux devinettes kric krac le soir. La culture haïtienne dispose de merveilleux récits pour éduquer et intéresser les jeunes à la foi chrétienne. L’équipe de rédaction du TiMoun Mysionè a le souci de rechercher ces histoires qui touchent les jeunes et les invitent à  grandir. Cette revue permet à l’enfant d’apprécier, de commenter, de juger et de faire le point par lui-même. Le rôle de l’animateur ou de l’animatrice est de les accompagner. À Radio Soleil, la radio catholique de Port-au-Prince dont le rayonnement touche une  grande partie de l’île, on nous donne du temps d’antenne. On dispose ainsi d’une formidable occasion de compléter de façon efficace le but éducatif de la revue. Toute une équipe de jeunes se préparent et participent à ces émissions du samedi qui obtiennent une bonne cote d’écoute. C’est encourageant! Les jeunes deviennent alors eux-mêmes de bons animateurs ou des acteurs et, à chaque émission, ils donnent des conseils aux autres enfants pour les aider à s’améliorer. On remarque un réel changement chez eux et ils aiment prendre des responsabilités. Quelle joie de pouvoir participer à ces radiodiffusions

Un moment antistress

Au cours de l’année, surtout lors du dimanche missionnaire, le moment est propice pour quelques rencontres diocésaines. Ces réunions permettent aux enfants et aux animateurs des différentes écoles d’échanger et de partager. Ils s’amusent, chantent, dansent,   témoignent de leur vécu, échangent sur le contenu du TiMoun et célèbrent tous ensemble. C’est un moment privilégié dans leur vie. Ces rendez-vous deviennent des moments antistress grandement appréciés des enfants. Les communautés religieuses collaborent avec nous d’excellente façon et mettent à notre disposition les grands espaces de leurs écoles.

Merci de votre esprit de collaboration et de croire en la mission de même que dans le développement des enfants. Je remercie également notre imprimeur. Ce dernier estime que la revue est devenue la « fille » de l’imprimerie puisqu’il s’occupe fidèlement de notre revue depuis plus de 25 ans. Actuellement, il en coûte 84 000 gourdes pour imprimer la revue alors qu’il fallait débourser 90 850 gourdes avant 2003. Malheureusement, cette diminution de coût est causée par la baisse du tirage qui est passé de 18 000 exemplaires à 16 000.

Confiants dans notre mission auprès de tous ces jeunes, nous continuons notre travail dans la joie en regardant vers l’avenir.

Marie-Rosette Lafortune, m.i.c.

Précurseur JUILLET AOÛT SEPTEMBRE 2011