reflexions-et-prieres

chant prends ma vie

À la suite de Jésus de Pierre Duvillaret

Jean Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples… Posant son regard sur Jésus… Jean Baptiste sait regarder, poser son regard, dépasser l’extérieur. Il découvre l’essentiel de celui qu’il voit : voici l’Agneau de Dieu ! et il en fait part à ses disciples. Toi aussi, Jésus, tu as ce regard profond. Tu poses ton regard sur Simon que son frère André a conduit vers toi. Tu vois déjà en lui ce qu’il deviendra : la pierre de base de ton Église. Apprends-nous à regarder comme Jean Baptiste, comme toi, Seigneur. Les hommes voient ce qui saute aux yeux, Dieu voit le cœur (I S 16,7).

 Aide-nous à dépasser l’écorce humaine pour voir en tous l’enfant de Dieu ! Voici l’Agneau de Dieu! Ces mots continuent de résonner à chaque célébration eucharistique. Ce n’est plus un homme qui est désigné, c’est le pain consacré. Mais c’est la même réalité : c’est toi, Seigneur, l’Agneau immolé pour le salut du monde. Comment entendons-nous cet appel ? Les mots de Jean-Baptiste ont changé la vie de ses deux disciples. Ils t’ont suivi et sont restés avec toi ce jour-là, et y resteront toujours.

 Que cherchez-vous ? C’est ta première parole, Seigneur, dans l’évangile de Jean. Elle s’adressait aux deux disciples de Jean. Elle s’adresse à chacun de nous. Tu nous invites à approfondir le sens de notre démarche vers toi. Pourquoi est-ce que je viens à Toi ? Est-ce pour les avantages que j’en retire, comme les gens qui te cherchaient parce qu’ils avaient mangé du pain à satiété, gratuitement (Jn 6,6) ? Saint Augustin écrivait : combien rare est la recherche de Jésus pour lui-même ! Vous me cherchez pour autre chose. Cherchez-moi pour moi.